Tim-burton-monstre-incompris-architecture-cinema-edward-dessin

Le monde de Tim Burton est peuplé d’un nombre incommensurable de monstres et autres créatures. Ceux-ci ne sont ni méchants, ni malfaisants, mais des personnages incompris. Burton s’identifie à ces derniers. À notre époque, le monstre c’est l’artiste qui veut créer et faire quelque chose de différent, c’est lui à ses débuts incompris, il ne pourra réellement se libérer qu’avec Edward aux mains d’argent (1990), véritable autobiographie de l’auteur.

 

Edward est en effet une créature, un monstre inachevé, que les habitants incluent dans leur quotidien. Mais ils le rejetteront bien vite : sa différence qui les émerveillait au début leur feront vite peur. Edward, inachevé, n’a en fait jamais reçu ses mains et porte des ciseaux en guise de doigts… Ses lames, c’est son don, ce qui le rend différent. C’est le talent de l’artiste, mais c’est aussi ce qui l’éloigne des villageois. Comme l’artiste, le don le rend différent, mais implique une distance entre lui et les autres. Edward, comme l’artiste, est capable de créer, de faire réfléchir et de détruire. Lorsqu’Edward sort de son milieu propice à sa créativité, ses mains d’argent deviennent de véritables lames destructrices….

Pour Tim Burton quand la société veut reprendre en son sein le virtuose et le standardiser… son don et son âme créatrice deviendront sa faiblesse.

À vrai dire chaque film recèle un monstre, un personnage incompris, un artiste… de Vincent à Willy Wonka, créateur de friandises et son monde fou, de Ed Wood à Mr Jack en passant par Pee-Wee, Batman, Joker… T. Burton ajoutera en parlant de son enfance en banlieue « […] dès que quelqu’un sortait un peu de la masse, on essayait de l’étouffer. C’est pour ça que j’aimais tant les films de monstres: je reconnaissais parfaitement les villageois en colère qui pourchassaient Frankenstein. Pas parce qu’il était mauvais, juste parce qu’il était différent »(1).

 

Auteur :

Izzo Jean-Michel (architecte)

 

Sources :

1. Les InRocks : Hors série, « Tim Burton : Des mondes & des monstres », 2012, p. 43.

 

Images :

GALLO L. KEMPF H.C., « L’art de Tim Burton », Los Angeles : Steeles Publishing Inc., 2009.

 

Autres ouvrages :

DE BAECQUE, A., « Tim Burton« , Cahiers du cinéma, 2010.

EISENREICH P., « Tim Burton », Editions Scope, Collection Positif, 2008.

FERENCZI A., « Tim Burton », Cahiers du cinéma, Masters of cinéma, 2010.

GALLO L. KEMPF H.C., « L’art de Tim Burton », Los Angeles : Steeles Publishing Inc., 2009.

HE J., MAGLIOZZI R., « Tim Burton« , Museum of Modern Art, 2010.

VERDOUX F., « Tim Burton », Sonatine, 2009.

 

Revues :

DADA, « Tim Burton », Arola, No 171 février 2012.

Eclipses, « Tim Burton : Demons et Merveilles », No 47 2010.